Article Nouvelle République Indre-Et-Loire du 03-03-2019

Sortie à deux reprises du praticable, l’Avoinaise Carolann Héduit s’est contentée du nul au sol.
© (Photos cor. NR, Mylène Caqueret)

En dominant la demi-finale avec une maîtrise quasi exemplaire, les Avoinaises se sont hissées en finale, où elles retrouveront Meaux. Comme l’an passé…

C’est le mot qui est tout de suite venu à la bouche des Avoinaises et de leurs entraîneurs après la demi-finale remportée face à Saint-Étienne. Revanche. Les gymnastes d’Avoine/Beaumont, qui avaient perdu le Top 12 face à Meaux l’an passé au duel en or, vont donc avoir l’occasion de prendre leur revanche en finale de la compétition face aux Meldoises, le 27 avril à Rouen. « On espère inverser la donne cette année », avoue Léanne Bourgeois.
Comme Meaux, qui s’est imposé 34-14 à Hagueneau, les Avoinaises n’ont quasiment fait qu’une bouchée de leurs adversaires, samedi. Du moins, au nombre de duels reportés (neuf, pour un nul et deux défaites). Mais, quand on regarde les notes d’un peu plus près, on se rend compte que la lutte a été sévère… « Il y a beaucoup de duels qui se jouent à un dixième, et même un match nul, donc c’était assez serré sur le niveau », analyse Marc Chirilcenco, le directeur sportif avoinais.
Des duels au sol accrochés Venues sans leur leader Lorette Charpy, qui se prépare pour les sélections aux championnats d’Europe, les Stéphanoises n’étaient que quatre, toutes des juniors. Et elles ont rapidement compris qu’elles ne pourraient rivaliser avec les locales. Car, menées par une Carolann Héduit qui s’est alignée sur les quatre agrès, les Avoinaises ont donné le ton avec un sans-faute au saut. Léanne Bourgeois a assuré, tout comme Léa Franceries (9-3). « Tout de suite, ça nous réconforte et ça met l’adversaire en difficulté, car il est obligé de remonter. Ça démarrait très, très bien… », raconte Marc Chirilcenco.
D’autant plus que la démonstration de force se poursuivait aux barres asymétriques. Claire Pontlevoy, Carolann Héduit et Alison Lepin gagnaient toutes leurs duels (18-6). Avoine/Beaumont n’avait plus qu’à remporter un seul duel pour être propulsé en finale.
Ce que Léanne Bourgeois se dépêchait de réaliser, s’imposant à la poutre face à Clarisse Passeron. Juste avant qu’Avoine ne concède sa première défaite, lorsque Claire Pontlevoy s’inclinait face à Maëlys Eugène pour un dixième… Malgré une chute, Carolann Héduit dominait la deuxième sœur Eugène, Maëwenn, et permettait à Avoine de mener 25-11 avant le dernier agrès.
Le sol était particulièrement disputé, même si Saint-Étienne n’avait plus rien à espérer. Si Claire Pontlevoy s’imposait pour un dixième, Léa Franceries s’inclinait sur le même écart tandis que Carolann Héduit, qui sortait par deux fois du praticable, et Maëlys Eugène ne parvenaient pas à se départager (31-17). Marc Chirilcenco n’en était pas moins satisfait du travail de ses gymnastes : « Chacune a fait son boulot, on a fait peu d’erreurs, peu de chutes, juste une à la poutre. C’est un bel aboutissement d’aller en finale. »
Avoine s’offre donc une chance de réécrire l’histoire. « Il faudra être bien préparés car Meaux a un gros effectif. On est revenu un peu frustrés l’année dernière car on avait la victoire au bout des doigts. Ce titre, ça fait quand même onze ans qu’il nous échappe », rappelle Marc Chirilcenco. Mais ses Avoinaises sont déterminées à changer cela…