Article Nouvelle République Loir-Et-Cher du 01-03-2019

Top12 avoine Leanne Bourgeois

Léanne Bourgeois et Avoine visent une 3e finale consécutive.
© (Photo cor. NR, Mathilde Morancey)

Membre de l’Insep, Léanne Bourgeois n’en reste pas moins fidèle à son club d’Avoine/Beaumont, qu’elle retrouve avec plaisir pour disputer le Top 12.

Quatre sur quatre face à Saint-Lô, trois sur trois face à Hénin-Beaumont : jusqu’à présent, Léanne Bourgeois a réalisé un sans-faute en Top 12, remportant tous ses duels. Et alors que se profile la demi-finale de la compétition face à Saint-Étienne, samedi, les entraîneurs d’Avoine/ Beaumont savent qu’ils peuvent compter sur la Loir-et-Chérienne pour jouer son rôle de leader à la perfection. Avec assurance et un enthousiasme des plus communicatifs.
“ Ça me plaît d’être la maman du groupe ” Car à 18 ans, Léanne Bourgeois reste fidèle à ce club avec lequel elle s’est entraînée pendant six ans. Et est toujours ravie de revenir à Avoine pour disputer le Top 12 avec ses coéquipières : « J’aime beaucoup les compétitions en équipes. Je ne m’entraîne pas ici, mais quand je reviens, tous les bons souvenirs remontent à la surface. J’ai vraiment de bonnes relations avec toutes les filles, les entraîneurs. Je suis aussi retournée dans ma famille d’accueil et ça m’a fait super plaisir », avouait la jeune fille après le match face à Hénin, il y a deux semaines. Cette saison, elle a vu l’équipe d’Avoine s’étoffer, avec les premières participations convaincantes de Léa Franceries et Maëva Guéry au Top 12. « Je me revois quelques années avant, raconte Léanne Bourgeois en souriant. Je regardais les grandes et maintenant, c’est moi la grande ! Je comprends ce qu’elles ressentent. J’aimais quand les grandes étaient là pour me soutenir, donc j’essaye d’avoir ce rôle-là aussi. »
Un rôle qui lui tient particulièrement à cœur, elle qui veut mettre son expérience au service de son club : « Ça me plaît vraiment d’être un peu la maman du groupe. Je donne des conseils aux plus jeunes, je sens quand elles sont stressées, j’essaye de les décontracter un peu. Je leur dis de relativiser car elles savent tout faire. »
Cet état d’esprit, c’est en partie à l’Insep, où elle réalise sa deuxième saison, qu’elle l’a renforcé. En deuxième année de Staps, la jeune fille, qui aimerait entrer en école de kiné l’an prochain, s’est parfaitement adaptée au rythme imposé par la structure parisienne : « Ça se passe super bien ! C’est totalement différent d’Avoine. Déjà, c’est en internat, donc il faut être autonome. Ça me correspond bien, je suis épanouie. »
Si elle a une échéance individuelle qui s’approche à toute vitesse – les tests pour les championnats d’Europe, auxquels elle aimerait participer – elle se projette d’abord sur cette demi-finale de Top 12 qui les attend, elle et ses coéquipières : « On va aller chercher la finale. On espère que cette année, ça va nous sourire. » Si Léanne Bourgeois poursuit son sans-faute, Avoine/Beaumont sera en tout cas bien engagé…